Une guerre sanglante opposant deux races : pokemons et humains... De quel côté seras-tu ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interrogatoire macabre - Akira Tsukiyomi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Green Mikuwo

Milicien vengeur !


Fiche de ton personnage
Âge: 21
Camp dans la bataille: Milicien
Relations:

MessageSujet: Interrogatoire macabre - Akira Tsukiyomi   Mar 28 Aoû - 12:53



Interrogatoire macabre en la compagnie d'Akira Tsukiyomi
Traverser ces longs couloirs obscures m'avait toujours parût insurmontable. J'avais toujours peur qu'un monstre tout droit sorti de mon imagination ne m'attrape par les pieds pour m'entraîner dans quelque cellule vide et m'ôter la vie aussi cruellement que sournoisement. J'étais persuadé que ces couloirs parsemés de cellules où étaient enfermés quelques criminels regorgeaient de fantômes en tout genre. Des âmes esseulés pendant des siècles cherchant tout simplement une distraction le temps d'oublier ne serait-ce que quelques secondes l'éternité qui glissait lentement entre leurs doigts. Les résistants que j'avais arrêtés pendant la nuit avaient été enfermés dans ces tristes cachots. Je ne doutais pas que leur santé mentale se dégradait de plus en plus face aux minutes qui passaient sans un bruit. Bientôt, ils finiraient complètement fous.

Lorsque j'arriva devant la cellule de celui qui m'avait lâchement agressé alors que j'avais le dos tourné on m'informa que le chef de la milice n'allait pas tarder à venir pour constater ces hommes de lui-même. Le chef de la milice ! Akira Tsukiyomi ! Je ne l'avais jamais vu en vrai. Je l'imaginais aux alentours de la quarantaine, bien bâti et aussi puissant et robuste qu'une montagne. Le regard droit et confiance, l'allure impériale, la démarche assurée, le menton relevé.

Le résistant était recroquevillé sur lui-même au fond de sa cellule. L'obscurité de la pièce ne me permit pas de l'apercevoir de prime abord et quelques minutes d'adaptation à mes yeux furent très utiles pour m'aider finalement à le repérer. Il se balançait sur le bout de ses talons faisant bouger sa frêle silhouette. Il semblait vide de toute conscience. Ces lieux avaient déjà faits effets sur l'homme. Il n'était plus que l'homme de lui-même ou presque. Une nuit avait suffit. Il était peut-être encore temps de le sauver mais un tel acte me serait passible de la peine de mort. J'avais pitié de cet homme que l'on avait contraint à devenir fou. J'avais mal de voir toutes les atrocités dont la milice était capable et pourtant j'étais l'un de ces miliciens qui réagissent sans réfléchir aux ordres de leur supérieur foulant d'eux-mêmes leur propre fierté.

- Le président arrive, m'informa-t-on derrière les barreaux de la cellule.

Je me redressa immédiatement et cessa de regarder l'objet de mon apitoiement. Je devais paraître aussi impassible que le rocher. Pourtant, intérieurement, je bouillais comme la lave dans le creux d'un volcan en ébullition. Je rêvais de libérer cet homme et de lui offrir d'échapper à la folie mais peut-être était-il déjà trop tard. Je lançais de nouveau un regard à cet homme au fond de sa cellule. Il n'avait pas bougé d'un centimètre, il n'avait même pas relevé la tête pour me voir entrer dans sa cellule. S'il avait été saint d'esprit, il se serait levé d'un bond pour me sauter dessus et m'étrangler mais toute force avait quitté son maigre corps.

C'est alors que j'entendis les talons d'un homme marteler le sol à pas régulier. Mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Akira Tsukiyomi, le président arrivait enfin.

_________________
Grand partisant des Free Hugs! Soyons tous amis! Et si quelqu'un vous énerve, on le tuera tous enssemble!
Like a Star @ heaven Peace an love Like a Star @ heaven Or not at all tongue

Est à la recherche d'un bon avatar d'Akaito, des vocaloids, en 200X400 si possible, vu que je suis une bouse en graph'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Akira Tsukiyomi

Chef de la milice


Fiche de ton personnage
Âge:
Camp dans la bataille: Milicien
Relations:

MessageSujet: Re: Interrogatoire macabre - Akira Tsukiyomi   Jeu 30 Aoû - 20:45

Le temps se dégradait de plus en plus à l'extérieur. Le ciel s'assombrissait de lourds nuages difformes flottants comme une menace intarissable. Le vent soufflait si fort contre les fenêtres de mon bureau qu'elles vrombissaient dans un vacarme abominable. Une tempête se préparait. Elle n'était pas loin. La pluie ne tarda pas à s'abattre, violente et rapide trempant tous ceux qui osaient s'aventurer dehors. J'étais quant à moi, bien à l'abris dans ce qui pouvait être considéré comme mon sanctuaire. J'y passais la plupart de mes journées et bien souvent il ne s'agissait que de remplir des paperasses qui me semblaient chaque jour toutes plus inutiles les unes que les autres. Les seules visites que je recevaient étaient celles de ma secrétaire ou encore de son second; Philippe de Baumont. Notre conversation de la veille m'avait ouvert les yeux sur certains points. Un en particulier. Cette femme. Elle avait forcée ma porte un beau jour et depuis son visage me revenait en mémoire dès que je fermai les yeux et que la solitude envahissait mon triste coeur. Oh, je n'étais pas malheureux. Je n'avais aucune raison de l'être. J'étais l'homme le plus important de ce pays et de ce fait, le plus courtisé. J'avais toutes les demoiselles que je voulais et pourtant je désirais la seule qui ne voulait s'offrir à moi. Mes pensées devinrent plus angoissantes. Pourquoi refusait-elle d'être à moi ? Un essaim d'abeilles incessants envahissait ma tête au fur et à mesure que ces mêmes pensées me torturaient sombrement. Philippe m'avait conseillé de l'oublier, chose que je tentais d'appliquer à chaque instant mais en vain.

Soudain, sans que je m'attende à être dérangé en pareille réflexion, j'entendis trois coups à ma porte. Mon coeur se souleva. Je songeais immédiatement à cette fois où elle avait fait irruption dans mon bureau, se présentant brièvement et m'expliquant d'emblée la raison de sa venue mais mes espoirs furent anéantis à la minute même où la porte dévoila l'identité de l'intriguant. Il ne s'agissait que de ma secrétaire. Triste femme dépourvue de toute beauté. Je l'avais choisi en sachant parfaitement que sa laideur repousserait mes pulsions masculines. Etais-je l'un de ces malades sexuels ou l'un de ces don juan qui ne cherchent qu'à trouver la femme qui saurait leur dire non ? J'optais pour la deuxième solution. Ma secrétaire entra dans mon bureau en me glissant un faible mais glacial "Tout va bien Monsieur ?". Je n'eu pas le coeur à répondre à cette question alors d'un geste de la main je lui indiqua qu'elle pouvait entrer davantage. Chose qu'elle fit presque immédiatement.

- Monsieur, un résistant a été arrêté cette nuit. Il a tenté de pénétrer dans les cachots pour libérer ceux qui vous aviez arrêtés dans la soirée. Il a été mit hors circuit par deux de nos plus brillants miliciens et je pense qu'il serait bon pour vous d'aller le voir afin de lui tirer quelques informations. Nos généraux ont été avertis de la nouvelle mais tous vaquent à leurs occupations et j'ai pensé que vous serez le seul qui puisse gérer convenablement la situation.

Assis sur mon fauteuil, le regard dans le vide, j'avais à peine écouté ce qu'elle avait dit et pourtant d'un geste de la main je lui fit signe que j'irai voir ce fameux résistant. Elle s'inclina et reparti aussitôt en prenant soin de refermer la porte derrière elle. Un résistant arrêté cette nuit ? Et pourquoi ne m'avait-on pas averti plus tôt ? Il s'agissait d'une information capitale et une fois qu'elle eu fait son cheminement jusque dans les tréfonds de mon cerveau, je m'électrisa presque immédiatement. De nouveau emplit d'une force d'esprit régénératrice, je bondit sur mes pieds me levant de ce fauteuil dans lequel j'avais passé la matinée et je traversa mon bureau tout aussi vite.

Le chemin jusqu'au cachot ne me parût pas très long. La seule chose regrettable fut que je dut affronter le temps désastreux qui s'abattait sur ma tête. Une fois arrivé dans les sous-sols de la milice, je prit le chemin le plus sombre qui menait jusqu'aux cachots des résistants, l'aile droite étant réservée pour les rebelles. Cette obscurité était atroce. Moi-même je ne me rendais pas souvent par ici. Au loin, j'apercevais une faible lueur; celle d'une torche. Un milicien était déjà sur les lieux et il regardait tristement le détenu. Je m'avança dans la cellule déjà ouverte. Le résistant était là, recroquevillé sur lui-même tout au fond de l'étroite pièce. Le milicien dardait sur lui un regard compatissant.

- Bonjour, fis-je pour annoncer ma présence au milicien comme au résistant.

Le résistant releva subitement la tête. Il était dépourvu de force et son teint était atrocement livide si bien que j'arrivais à l'apercevoir presque nettement dans cette obscurité. Je me tourna vers le milicien.

- Que s'est-il passé cette nuit ? Avez-vous déjà prévu d'une date pour son exécution ? Avez-vous seulement déjà réussit à lui extorqué quelques informations sur ses misérables camarades ?

Mon ton était froid, autoritaire et résolument hautain. Je n'avais aucunement envie de rigoler et surtout pas après l'élan de morosité qui s'était emparé de moi quelques minutes auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Interrogatoire macabre - Akira Tsukiyomi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The War of Destiny :: La ville :: Les quartiers :: Le quartier de la milice :: Les cachots-